Aller au contenu principal

HENRI MOISSAN - Célèbre pharmacien

Le bâtiment de la Faculté de Pharmacie de l'Université Paris-Saclay porte le nom d'un pharmacien célèbre, premier prix Nobel de chimie français, Henri Moissan. Cette distinction récompense ses travaux en chimie minérale, une science oubliée, au milieu du XIXe siècle, au profit du développement de la chimie organique. L'isolement du fluor en 1886, la mise au point du four à arc électrique et ses implications dans le domaine de la chimie à hautes températures dès 1892, figurent parmi ses découvertes les plus importantes.

Cet article retrace succinctement son orientation dans les sciences physico-chimiques, les grandes étapes de ses travaux de recherche, ainsi que la postérité de ses grandes découvertes.

Orientation vers les sciences physico-chimiques

Après avoir débuté comme horloger, Henri Moissan devient pharmacien et se consacre à la chimie minérale.

1852

Naissance d’Henri Moissan, à Paris, le 28 septembre.

1869-1870

Il est apprenti horloger à Meaux.

1871-1872

Il aborde la chimie expérimentale en suivant le cours de Frémy au Museum d’Histoire naturelle.

1871-1874

Il est stagiaire à la Pharmacie Baudry, rue Saint-Martin à Paris.

1872-1876

Il aborde la chimie végétale au laboratoire de Pierre-Paul Dehérain au Museum d’Histoire naturelle.

1874

Il publie avec Dehérain ses travaux de physiologie végétale.

1879

Il obtient le diplôme de pharmacien avec une thèse de physiologie végétale.

1880

Thèse de doctorat sur les oxydes de la famille du fer.

 

Travaux de recherche : la saga du fluor et des hautes températures

En 1886, Henri Moissan est déjà connu pour plus de trente publications en chimie minérale et réussit à isoler le fluor. Cette découverte le place au premier rang des chimistes français et attire l'attention des chercheurs étrangers. Pour ses travaux sur le fluor et l'introduction du four à arc électrique dans la technique scientifique, Henri Moissan s'est vu attribuer le prix Nobel de chimie en 1906.

1882

Henri Moissan s’oriente vers l’isolement du fluor, où de nombreux chimistes avaient échoué.

1886

Il isole le fluor et résout ainsi l’un des plus difficiles problèmes de la chimie de l’époque.

1887

Titulaire de la chaire de toxicologie à l’Ecole supérieure de Pharmacie, il dispose d’un petit laboratoire où il développe ses recherches de chimie minérale et attire de nombreux chercheurs.

1892

Il imagine le four à arc électrique dans le but d’obtenir les hautes températures nécessaires à la synthèse du diamant :

  • De nombreux corps nouveaux sont obtenus : carbures, borures...
  • Un nouveau chapitre des sciences est ouvert : celui de la chimie des hautes températures.

1906

Il reçoit le premier prix Nobel de Chimie attribué à un Français.

“Au nom de l’Académie, je vous fais mes compliments pour vos travaux d’une si grande valeur, d’une valeur qui durera toujours” - Professeur Klason.

 

 

Postérité : le fluor dans de multiples domaines

Les travaux de recherche d'Henri Moissan ont toujours été orientés vers la connaissance fondamentale. Le développement industriel lié à ses découvertes n'a jamais constitué le motif de ses activités. "Une recherche scientifique est une recherche de la vérité, et ce n'est qu'après cette première découverte que les idées d'application peuvent se produire avec utilité" (Henri Moissan). Isolé par Henri Moissan, le fluor est aujourd'hui utilisé dans de multiples domaines.

Thérapeutique

Composés fluorés ayant des propriétés anti-inflammatoires, anti-cancéreuses, antibiotiques, anticaries...

Préparation de l'aluminium

Par électrolyse de l’alumine en fusion par addition de fondants, la cryolithe et la fluorine.

Agriculture

Multiples herbicides, insecticides et fongicides fluorés.

Energie nucléaire

Enrichissement de l’uranium en son isotope (235)U obtenu par diffusion gazeuse de UF.

Imagerie médicale

Utilisation du radioisotope F en tomographie par émission de positions (TEP), en détection des cancers.

Synthèses de dérivés organiques

Polymères fluorés présentant une remarquable résistance à la corrosion.

Postérité : imposition des hautes températures

L'invention du four à arc électrique a conduit à la chimie des hautes températures, bouleversant l'industrie chimique qui peut alors fabriquer des composés dont l'existence était inconnue.

Première moitié du XXe siècle

Le four à arc électrique intervient dans :

  • La production de carbure de calcium.
  • L’affinage de l’acier.
  • La production de ferro-alliages.
  • La fabrication du corindon.

Seconde moitié du XXe siècle

Nouvelles applications :

  • Préparation de poudre de diamant artificiel.
  • Traitement des déchets radioactifs (incinération, vitrification...).

Nouvelles techniques de hautes températures :

  • Fours à induction haute fréquence.
  • Fours à torche - plasma.
  • Fours tournants ou centrifuges.