Des nanoparticules à base de squalène pour traiter les chocs septiques et l’inflammation incontrôlée

[COMMUNIQUÉ DE PRESSE]
Paris-Saclay, le 28 avril 2020

 

Une équipe de l’Institut Galien (UFR Pharmacie/Université Paris-Saclay/CNRS) vient de mettre au point des nanoparticules efficaces dans le traitement des processus inflammatoires sévères que l’on retrouve dans de nombreuses pathologies et notamment dans des infections dues au covid-19. Ces travaux sont publiés dans la revue Science Advances lundi 27 avril 2020.

 

Les processus inflammatoires incontrôlés posent un problème de santé majeur car ils sont à l'origine de nombreuses pathologies qui peuvent être sévères voire létales. Ainsi, certains patients atteints par le virus Covid-19 voient leur état se détériorer après une réaction inflammatoire incontrôlée qui provoque une insuffisance respiratoire, nécessitant parfois intubation et réanimation voire entrainant le décès.

Actuellement très peu de traitements s’avèrent efficaces pour traiter ces inflammations sévères et ceux qui existent ont des effets secondaires indésirables. Les études menées depuis près de deux décennies tendent à montrer que ces états d’inflammation aiguë seraient provoqués par la conjonction de deux facteurs : une inflammation combinée à un épisode de stress oxydant (phénomène d’oxydation chimique subi par l’organisme), contribuant à s'alimenter mutuellement et établissant ainsi un cercle vicieux capable de perpétuer et de propager la réponse inflammatoire

A l’Institut Galien (UFR Pharmacie/Université Paris-Saclay/CNRS), des équipes de recherche sont spécialisées dans l’élaboration de nanomédicaments. L’introduction des nanotechnologies en pharmacologie a révolutionné l’administration des médicaments, notamment grâce au principe de vectorisation. La vectorisation d’un médicament est basée sur le principe d’adressage, qui consiste à encapsuler le médicament dans un nanovecteur (le plus souvent un liposome, ou une nanoparticule). Généralement comprise entre 20 et 300 nanomètres, la petite taille de ces dispositifs thérapeutiques leur permet de protéger le principe actif, de traverser certaines barrières biologiques et de délivrer le médicament plus efficacement dans l’organisme. L’objectif de l’adressage est donc d’améliorer l’efficacité des traitements tout en obtenant une meilleure maîtrise de leur index thérapeutique, ce qui permet de réduire leur toxicité et d’en limiter les effets secondaires.

En collaboration avec la Plateforme d’Histologie Immunopathologie de Clamart (PHIC) (Université Paris-Saclay), de l’Institut Paris Saclay d'innovation thérapeutique (Université Paris-Saclay / Inserm / CNRS), les chercheurs de l’Institut Galien, ont combiné différents principes actifs au sein d’une même nanoparticule en conjuguant le squalène, un lipide naturel, avec l'adénosine, un immunomodulateur, puis en y associant l’alpha-tocophérol, un antioxydant naturel.

Leur étude in vivo sur un modèle animal présentant un choc septique a démontré qu’en exploitant les dysfonctionnements de la barrière endothéliale au niveau des sites de l'inflammation aiguë, ces nanoparticules multi-médicaments pouvaient délivrer les agents thérapeutiques de manière ciblée et améliorer ainsi les chances de survie de manière significative.

Ces résultats prometteurs pourraient désormais être complétés par des études cliniques pour espérer à terme parvenir au développement d’un nouveau médicament efficace pour lutter contre les inflammations sévères et incontrôlées et ouvrir de nouvelles pistes pour lutter contre les réactions inflammatoires paradoxales telles que celle associée à l’infection par covid-19.

 

Lire l'article

 

Références

Squalene-based multidrug nanoparticles for improved mitigation of uncontrolled  inflammation Authors Flavio Dormont1 , Romain Brusini1 , Catherine Cailleau1 , Franceline Reynaud1,2  , Arnaud Peramo1 , Amandine Gendron1 , Julie Mougin1 , Françoise Gaudin3,4, Mariana Varna1, Patrick Couvreur*

Affiliations

1 Institut Galien Paris-Sud, CNRS UMR 8612, Université Paris-Sud, Université Paris-Saclay, 92296 Châtenay-Malabry, France.

2 School of Pharmacy, Federal University of Rio de Janeiro, 21944-59 Rio de Janeiro, 16 Brazil.

3 Plateforme d’Histologie Immunopathologie de Clamart (PHIC) Université Paris-Saclay, Inserm, CNRS, Institut Paris Saclay d'Innovation thérapeutique, 92296, Châtenay- Malabry, France.

4 Université Paris-Saclay, Inserm, Inflammation, Microbiome and Immunosurveillance, 92140, Clamart, France

*Corresponding author: Patrick Couvreur Email: patrick.couvreur @ universite-paris-saclay.fr